enfr

Retour sur le webinaire : Les trois sœurs : histoire, culture et pratiques agricoles

Veuillez noter que ce webinaire n’a pas été enregistré. Vous en trouverez toutefois le résumé ci-dessous.


Dans ce webinaire organisé de concert avec nos partenaires de la Public Health Association of BC, l’aîné Lix Lopez explique les pratiques agricoles associées à la courge, au haricot et au maïs, et raconte comment il s’est installé à Vancouver et a trouvé des façons de perpétuer son héritage et sa culture mayas.

Les territoires traditionnels du peuple maya comprennent le sud du Mexique, le Guatemala, le Bélize et une partie du Honduras et d’El Salvador. Lix est membre du groupe Maya in Exile Garden de la ferme de l’Université de la Colombie-Britannique, située sur les territoires ancestraux et non cédés des peuples xʷməθkʷəy̓əm (Musqueam).

L’aîné Lix a commencé ce webinaire en racontant la légende du maïs, qui décrit comment les animaux, et ensuite le peuple maya, sont venus à incorporer le maïs dans leur régime alimentaire. Il a aussi souligné que toutes les sociétés ont trouvé une façon de subvenir à leurs besoins. Pour le peuple maya, ce fut en cultivant les trois sœurs ensemble, car ces plantes nourrissaient à la fois le peuple et la planète.

Ce qui est particulièrement bon pour la planète, a-t-il expliqué, c’est que la culture du maïs entraîne une perte d’azote dans le sol, mais les haricots plantés à côté du maïs compensent cette perte, car ce sont des plantes fixatrices d’azote. Il a poursuivi en illustrant l’importance de planter de la courge, indiquant que ses terres natales ancestrales étaient très montagneuses et qu’on craignait l’érosion des sols. En plantant de la courge, on diminuait ce risque d’érosion. Ces histoires soulignent l’importance de créer des communautés végétales qui permettent aux plantes de se développer et aux communautés de subvenir à leurs besoins.

Après avoir quitté l’Amérique centrale pour s’installer dans le Nord-Ouest du Pacifique, l’aîné Lix a découvert qu’il était initialement difficile de cultiver les trois sœurs sur des terres différentes et dans un nouveau climat. Les semences originales venaient du Guatemala et il a fallu quelques années pour que les plantes s’adaptent au sol côtier tempéré. Chaque année, le groupe Maya in Exile Garden conserve les semences de ses récoltes et les utilise l’année suivante. Le jardin est un lieu de rassemblement pour les familles et leur permet de perpétuer certaines traditions mayas et d’ajouter des suppléments à leur régime alimentaire. Le groupe accueille la saison de croissance avec une cérémonie visant à bénir notre Terre mère et à lui demander de commencer le travail. Lorsque le maïs est récolté, une autre cérémonie est organisée afin de remercier notre Terre mère pour tous les fruits et légumes qu’elle a offerts. Certains sont vendus au marché agricole de l’UBC les samedis, au printemps et durant l’été; ce qui reste est partagé parmi les familles et les bénévoles membres du groupe.

Voici quelques conseils pour la culture des trois sœurs sur la côte nord-ouest du Pacifique.

  • Maïs : la saison de plantation commence à la fin d’avril.
    • Il est préférable de planter 3 ou 4 graines à environ 5 pouces (12 cm) de profondeur pour permettre le développement d’un bon système racinaire.
    • Il est conseillé de planter plus d’une graine par sœur, car ces plantes s’entraident.
  • Les haricots poussent plus vite, alors on peut les planter plus tard dans la saison.
  • La courge musquée et la courgette sont les espèces les mieux adaptées à la côte nord-ouest du Pacifique.
  • On peut planter d’autres cultures près des sœurs, comme l’amarante et la morelle noire (Solanum nigrum), qui a des propriétés médicinales.
  • Les sœurs se récoltent en septembre.

L’aîné Lix a aussi insisté sur l’importance d’amener les enfants dans le jardin et de les faire jouer dans la terre. Il a expliqué que cela leur permet de nouer des liens avec la terre sur laquelle ils habitent, d’approfondir leurs connaissances sur la façon de produire les aliments et de comprendre le système alimentaire dans son intégralité.

Si vous voulez en savoir plus sur l’aîné Lix Lopez et le groupe Maya in Exile Garden, cliquez ici (en anglais seulement). Le groupe accueille aussi les visiteurs et les bénévoles. Pour participer à une visite du jardin après la COVID-19, consultez le site Web.

Ce fut un honneur pour De la ferme à la cafétéria Canada et la Public Health Association of BC d’accueillir l’aîné Lix et d’apprendre grâce à son vaste bagage de connaissances. Merci, aîné Lix, d’avoir partagé votre savoir et vos histoires avec nous.

Related Posts

Filter Blog Posts by Tags

F2CC on Facebook

23 hours ago

# **📚🌿 Resources for Land-Based Learning***Resources that helps us connect with land-based learning practices and fosters a relationship with food in order to understand how we sustain ourselves.***🎬 Guardians of Tariuq: **School children in Apex, Nunavut worked with local artists Josh Qaumariaq ‏and Vinnie Karetak to write a song about protecting marine life in Canada’s Eastern Arctic. Their music video celebrates the ancient, fragile species of corals and sponges found off the coasts of Nunavut and Labrador, and highlights the importance of these creatures for other Arctic species, including humans.📍Nunavutwww.youtube.com/watch?v=4HLU5C_08ow🔎Check out the other resources on our list!www.farmtocafeteriacanada.ca/land-based-learning-resources-list/#farm2school #farmtoschoolmonth #landbasedlearning #resources #handsonlearning ... See MoreSee Less
View on Facebook

2 days ago

Our lovely friends and funder @wholekidsfoundation getting some garden grant gratitude! 👏🥰Earlier this fall, we announced that we are granting a record-breaking 1,000 garden grants and we're so excited to see schools and nonprofits celebrate the good news! ... See MoreSee Less
View on Facebook