enfr

Travailler à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies grâce au mouvement De la ferme à l’école

Le Réseau pour une alimentation durable a publié un rapport sur la façon dont les programmes d’alimentation scolaire pourraient aider le Canada à renforcer son engagement  envers les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. 
Le rapport explique aussi comment les programmes De la ferme à l’école peuvent permettre d’atteindre les ODD et leurs cibles.

Lancés en 2015, les ODD « nous donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. » Tous les États membres des Nations Unies, dont le Canada, sont déterminés à les atteindre d’ici 2030.

Le rapport du Réseau pour une alimentation durable, intitulé L’alimentation scolaire et les Objectifs de développement durable : Une voie pour atteindre plusieurs cibles et objectifs, propose une analyse détaillée de comment les programmes d’alimentation scolaire peuvent contribuer à l’atteinte des 17 ODD (de façon directe pour 9 objectifs et indirecte pour les 8 autres).

Nous savons déjà que le mouvement De la ferme à l’école a de nombreuses retombées et pourrait aider à soutenir bon nombre de ces objectifs, mais notre équipe est heureuse de constater que le rapport mentionne les éléments suivants en particulier :

  • Objectif 2 : Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable
  • Objectif 10 : Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre
  • Objectif 12 : Établir des modes de consommation et de production durables

Dans le cadre de l’Objectif 2, les auteurs du rapport expliquent comment les programmes De la ferme à l’école peuvent soutenir des systèmes alimentaires durables. Ces programmes appuient ainsi la cible 2.4 : « [d]’ici à 2030, assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire et mettre en œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent d’accroître la productivité et la production, contribuent à la préservation des écosystèmes, renforcent les capacités d’adaptation aux changements climatiques, aux phénomènes météorologiques extrêmes, à la sécheresse, aux inondations et à d’autres catastrophes et améliorent progressivement la qualité des terres et des sols ». Le rapport fait mention de notre partenaire, Farm to School BC, et explique comment son modèle aide les écoles à acquérir des aliments locaux en entretenant des liens avec des agriculteurs, en ayant des fermes dans les cours d’école et en récoltant des aliments sauvages ou traditionnels. Nous constatons la même chose dans nos témoignages et nos études de cas, comme l’illustre ce billet de blogue sur le Jour de la Terre, publié il y a quelques mois.

Le rapport souligne aussi la contribution du mouvement de la ferme à l’école dans le cadre de l’Objectif 10, cible 10.2 : « [d]’ici à 2030, autonomiser toutes les personnes et favoriser leur intégration sociale, économique et politique, indépendamment de leur âge, de leur sexe, de leur handicap, de leur race, de leur appartenance ethnique, de leurs origines, de leur religion ou de leur statut économique ou autre ». On rapporte qu’en fournissant des repas et un programme éducatif axés sur la diversité culturelle, les programmes d’alimentation scolaire offrent aux élèves la possibilité de découvrir diverses cultures et l’occasion de pratiquer leurs propres cultures, comme on peut le voir aux États-Unis. Le rapport donne aussi l’exemple de la Kapapamahchakwew – Wandering Spirit School, une école de Toronto qui propose des programmes ancrés dans la souveraineté alimentaire et les connaissances autochtones. Ces efforts s’apparentent aux nôtres, que l’on peut  constater dans d’inspirants témoignages du mouvement De la ferme à l’école dans les communautés et les écoles autochtones.

Le mouvement De la ferme à l’école est aussi lié à l’Objectif 12 par l’intermédiaire de la cible 12.3 : « [d]’ici à 2030, réduire de moitié à l’échelle mondiale le volume de déchets alimentaires par habitant au niveau de la distribution comme de la consommation et réduire les pertes de produits alimentaires tout au long des chaînes de production et d’approvisionnement, y compris les pertes après récolte ». Dans cette section, on peut lire qu’il est « prouvé que les pertes post-récoltes et le gaspillage diminuent grâce aux programmes d’alimentation scolaire qui intègrent l’approche De la ferme à l’école » (FAO et PAM, 2018). Le rapport cite aussi une étude (Izumi et coll., 2010) selon laquelle les déchets alimentaires d’un programme De la ferme à l’école aux États-Unis ont été réduits grâce à l’amélioration de la qualité des produits locaux et une plus grande appréciation de ces produits de la part des élèves. Nous constatons ce même engouement pour les aliments frais et locaux chez les bénéficiaires de notre programme De la ferme à l’école.

Nos propres efforts sont mentionnés à l’Objectif 11, parmi les autres ODD qui connaissent des répercussions indirectes des programmes l’alimentation scolaire. « L’Objectif 11 (Villes et communautés durables) comprend des cibles relatives aux espaces verts, à un aménagement durable et inclusif de l’espace urbain, et au développement de liens économiques, sociaux et environnementaux entre les zones urbaines, périurbaines et rurales. Les projets de jardins scolaires urbains contribuent à l’atteinte des deux premières cibles. En créant des liens entre les écoles et les agriculteurs locaux, plusieurs initiatives — comme celle menée par l’organisation De la ferme à la cafétéria Canada — soutiennent la troisième cible. » (page 22)

 

Le rapport du Réseau pour une alimentation durable démontre qu’il y a des avantages à entourer les élèves d’aliments sains, locaux et durables, et ces avantages vont bien au-delà des murs de l’école. Quelle satisfaction de savoir que les programmes De la ferme à l’école peuvent aider le Canada à faire progresser ses engagements à l’égard des ODD

Dans la conclusion du rapport, il est recommandé que le Canada fasse un pas de plus dans ses engagements en créant un programme universel de saine alimentation scolaire qui s’harmoniserait aux principes directeurs de la Coalition pour une saine alimentation scolaire.

Si ce n’est pas déjà fait, nous vous encourageons à lire le rapport du Réseau pour une alimentation durable : L’alimentation scolaire et les Objectifs de développement durable : Une voie pour atteindre plusieurs cibles et objectifs.

Related Posts

Filter Blog Posts by Tags

F2CC on Facebook

23 hours ago

# **📚🌿 Resources for Land-Based Learning***Resources that helps us connect with land-based learning practices and fosters a relationship with food in order to understand how we sustain ourselves.***🎬 Guardians of Tariuq: **School children in Apex, Nunavut worked with local artists Josh Qaumariaq ‏and Vinnie Karetak to write a song about protecting marine life in Canada’s Eastern Arctic. Their music video celebrates the ancient, fragile species of corals and sponges found off the coasts of Nunavut and Labrador, and highlights the importance of these creatures for other Arctic species, including humans.📍Nunavutwww.youtube.com/watch?v=4HLU5C_08ow🔎Check out the other resources on our list!www.farmtocafeteriacanada.ca/land-based-learning-resources-list/#farm2school #farmtoschoolmonth #landbasedlearning #resources #handsonlearning ... See MoreSee Less
View on Facebook

2 days ago

Our lovely friends and funder @wholekidsfoundation getting some garden grant gratitude! 👏🥰Earlier this fall, we announced that we are granting a record-breaking 1,000 garden grants and we're so excited to see schools and nonprofits celebrate the good news! ... See MoreSee Less
View on Facebook