enfr

Croqu’Plaisir, c’est mettre des fruits et des légumes locaux dans les assiettes des garderies montérégiennes du Québec

Un Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie (RCPEM), au Québec (RCPEM[1]) s’est associé à Équiterre et aux Conférences régionales des élus de la Montérégie (CRÉ[2]) pour le projet Croqu’Plaisir. Sachant qu’un enfant québécois sur cinq souffre d’embonpoint (Shields, 2005) et que les repas canadiens voyagent en moyenne quelque 2 500 km (CAAAQ, 2008), ce projet vise à augmenter la portion d’aliments locaux sains offerts dans les installations des centres de la petite enfance de la région. Il fait partie d’un effort à l’échelle provinciale pour créer des milieux de vie sains pour la jeunesse québécoise.

Le premier volet du projet, formation et accompagnement, offert par le RCPEM procure un soutien professionnel personnalisé aux responsables des cuisines, aux éducateurs, à la direction et aux parents des enfants sous la forme de formations sur les pratiques et attitudes alimentaires à privilégier. L’approvisionnement en produits locaux est également encouragé lors de ces formations.

Offert par Équiterre, le second volet, mise en place et promotion, vise à promouvoir et à faciliter l’approvisionnement en fruits et en légumes locaux pour les milieux de garde montérégiens. Afin d’y parvenir, Équiterre offrira un soutien personnalisé et gratuit aux centres de la petite enfance participants. De plus, une panoplie d’outils éducatifs seront mis à la disposition de tous les centres de la petite enfance de la région ciblée afin de sensibiliser les enfants, leurs parents et les employés quant à l’ importance  d’une alimentation saine et locale.

Équiterre croit que l’approvisionnement local constitue la première étape vers des choix alimentaires responsables. Petit à petit, les produits biologiques et issus du commerce équitable devront aussi être intégrés dans l’alimentation des Québécois.

Les objectifs du projet

  • Augmenter l’approvisionnement en aliments locaux dans une trentaine, voire une quarantaine, de centres de la petite enfance de la Montérégie pendant une période de deux ans.
  • Hausser la capacité de la direction des milieux de garde et de leurs cuisiniers à s’approvisionner localement.
  • Créer, au sein de la communauté des centres de la petite enfance, un sentiment de fierté envers l’alimentation locale.

[1] Regroupement des centres de la petite enfance (CPE) de la Montérégie

[2] Conférences régionales des élus de la Montérégie (CRÉ – Montérégie Est, Longueuil et Vallée-Haut- Saint-Laurent)

1 Response

Leave a Reply

F2CC on Twitter

Seattle BMW Repair

Archived Posts

Categories